Albert Schweitzer ou le Respect de toute vie

Adopté par son disciple naturaliste et humaniste Théodore Monod, le concept de révérence à la vie, inspiré des religions de l’Inde, a été élaboré par Albert SCHWEITZER, Prix Nobel de la paix en 1952, premier médecin sans frontière (et aussi cousin germain de la mère de Jean-Paul Sartre).

« C’est le sort de toute vérité, avant d’avoir été reconnue comme telle, d’être tournée en ridicule. Jadis, le fait de croire que les hommes de couleur étaient des vrais hommes et devraient être traités humainement passait pour une folie. Or la folie est devenue vérité. Aujourd’hui on considère comme exagéré de prétendre qu’un des devoirs imposés par l’éthique rationnelle est de respecter ce qui vit, même sous ses formes inférieures. Mais un jour on s’étonnera qu’il ait fallu autant de temps à l’humanité pour admettre que les déprédations insouciantes causées à ce qui vit sont incompatibles avec l’éthique ».
Albert SCHWEITZER, La Civilisation et l’éthique, Alsatia, 1923.

Citation ci-dessus extraite d’un article intéressant consacré à Albert Schweitzer dans :
http://jecoutemaconscience.one-voice.fr/albert-schweitzer-ou-le-respect-de-toute-vie/

Recueillant et soignant des animaux de toutes sortes (singes, chiens, chats, poules, pélicans, antilopes etc.) dans sa chambre à l’hôpital de Lambaréné, il a également déclaré dans La Civilisation et l’éthique :
« En secourant par exemple un insecte qui se trouve menacé, je ne fais rien d’autre que d’essayer de restituer aux animaux dans leur ensemble un peu de la dette coupable, toujours renouvelée, que les hommes ont contractée envers eux ». Source :
http://www.cahiers-antispecistes.org/spip.php?article366

Site allemand conseillé :
http://albert-schweitzer-stiftung.de

Publicités
Cet article, publié dans Courriers, Evénements, Non classé, est tagué , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.