Toujours et encore des captures à Strasbourg !

Des témoins nous ont prévenus que des captures avaient encore eu lieu la semaine dernière à Strasbourg, et elles se sont probablement poursuivies cette semaine. On a également vu avant-hier, à savoir mercredi, des graines suspectes dans la cour d’Oxford du centre commercial de l’Esplanade, devant les bacs à fleurs situés à quelques pas de l’entrée de la Mairie de quartier. On nous a également signalé des grains de blé et de maïs, offerts aux pigeons aux frais de la princesse, à l’angle du quai Fustel de Coulanges et de la route de l’Hôpital, sur le chemin piéton au bord de l’eau qui mène à la Mairie, et tout près des bureaux du Service de l’Hygiène qui donne depuis trente ans l’ordre de capturer et de gazer les pigeons dans notre belle Capitale européenne des Droits de l’Homme. Des oiseaux innocents et sans défense y sont régulièrement exterminés sans la moindre pitié. Pourtant il existe également une Déclaration Universelle des Droits de l’animal, datant du 15 octobre 1978 :

http://fr.wikisource.org/wiki/Déclaration_universelle_des_droits_de_l’animal

Extraits :

« Considérant que le respect des animaux par l’homme est inséparable du respect des hommes entre eux,

IL EST PROCLAMÉ CE QUI SUIT

Article premier

Tous les animaux ont des droits égaux à l’existence dans le cadre des équilibres biologiques. Cette égalité n’occulte pas la diversité des espèces et des individus.

Article 2

Toute vie animale a droit au respect ».
[…]

En décembre 2011, la C.U.S. avait capturé pendant deux longues semaines des pigeons affaiblis par la faim et le froid, alors qu’elle prétendait avoir réduit la fréquence (mais pas le nombre) des captures. Auparavant, la campagne officielle durait une semaine, sans compter la ou les semaines d’appâtage au blé et au maïs, mais en réalité on capturait et on capture encore toute l’année.
On nous a  signalé il y a quelques années des captures effectuées en été sous les ponts et aussi sur des places situées dans le centre de la ville, et un vétérinaire de Strasbourg serait équipé d’un caisson de gazage dans lequel il éliminerait ou aurait éliminé des pigeons ramenés par des agents de la C.U.S. Des clients (ex-clients à présent) de ce vétérinaire, qui ont vu les agents transportant des pigeons dans une caisse, nous ont rapporté ce fait.

On nous avait pourtant promis un pigeonnier contraceptif expérimental dans le parc de la Citadelle, où des graines d’appâtage ont été aperçues au milieu de la semaine dernière.
La caisse en aluminium dans laquelle on met les pigeons, après leur capture au canon lance-filet, serait-elle un nouveau modèle de caisson de gazage ?
Comment peut-on parler d’ « euthanasie »  pour cet acte cruel ? Il ne s’agit pas d’une « mort douce » au sens étymologique du terme, « pour abréger l’agonie d’un malade incurable, ou lui épargner des souffrances extrêmes », mais d’un massacre barbare d’oiseaux innocents et la plupart du temps en bonne santé, dans le seul but de les éradiquer, mais sans succès.

Pourquoi cet acharnement insensé ? Tout le monde sait que les colonies se reconstituent en l’espace de quelques semaines, et la récurrence des captures depuis plus de trente ans prouve bien leur inefficacité.

Ce serait tellement simple et en même temps plus écologique d’aménager des pigeonniers contraceptifs sous des toits (greniers, mansardes), dans des locaux désaffectés et même sur des toits (notamment à l’Esplanade). Pourquoi pas cette méthode douce de régulation ?
Les pigeonniers implantés sur et sous les toits ont déjà fait leurs preuves en France, par exemple à Béthune (voir notre Page Solutions), et chez nos voisins européens, et ils présentent l’avantage d’être plus spacieux et moins onéreux que les pigeonniers traditionnels.

Finalement personne n’arrive à connaître le budget de la ville pour les captures, resté apparemment top secret. Pourquoi ce mystère ?


Ci-dessous un article de presse sur le gazage des pigeons à Strasbourg (octobre 2006). Un responsable y affirmait : « C’est une fin sans douleur » (!).

http://lisula.oldiblog.com/?page=lastarticle&id=973613

Sur la photo de l’article ci-dessus, le filet n’a pas de cadre, mais les canons lance-filets les plus fréquemment utilisés ont un cadre en bois qui blesse et assomme forcément les pigeons en tombant sur eux, sans compter le poids du filet…
Il paraîtrait que des pigeons qui ont eu la chance de s’échapper du filet sont parfois blessés à la tête ou aux ailes. Pourquoi ?
On trouve d’ailleurs une photo de ce type de canon, portant bien son nom, sur le blog de Pascal Cousin (dans le lien « Les moyens barbares » ci-dessous).


Voici une vidéo de capture :

http://www.youtube.com/watch?NR=1&v=W2oaflYnqvE&feature=endscreen

Les « techniciens » qui ont capturé les pigeons les gazent généralement (pas toujours le même jour) dans des caissons parfois défectueux et mal réglés, qui prolongent le supplice des pigeons, selon le témoignage d’un agent repenti d’une société de capture et de gazage française. Il affirmait il y a quelques années que les pigeons étaient empilés n’importe comment dans des caisses à l’intérieur de la camionnette, puis stockés dans un hangar avant d’être gazés. (Il paraîtrait que les poules ont la plupart du temps les ailes et les pattes cassées à leur arrivée à l’abattoir grâce à l’extrême « délicatesse » des agents qui en assurent le transport. Les poules pondeuses arrivées en fin de carrière y sont d’ailleurs également gazées). On peut donc imaginer l’état dans lequel se trouvaient ces malheureux pigeons avant le supplice du gazage.

Certaines sociétés utilisent, pour économiser le gaz, des caissons dans lesquels elles font le vide d’air. Les organes des pigeons éclatent alors… C’est un supplice épouvantable qui sera interdit à partir du 1er janvier 2013 par un règlement européen, mais sera-t-il réellement appliqué partout ?

Des particuliers ont signalé l’étouffement des pigeons par des sacs en plastique dans une commune haut-rhinoise.

Certaines sociétés de capture et de gazage commercialisent également des pigeonniers contraceptifs (qui fleurissent actuellement dans de nombreuses villes françaises), mais elles oublient de préciser qu’elles gazent parfois les pigeons à l’intérieur des pigeonniers. Il est donc vivement conseillé de confier la maintenance des pigeonniers à des membres d’associations de protection animale.


Lire aussi « Les moyens barbares » sur le blog de Pascal Cousin :
http://cousin.pascal1.free.fr/moyens_barbares.html

Extraits :
« Le gaz carbonique fait souffrir les animaux et il doit être impérativement interdit. Les scientifiques mandatés par les instances européennes pour se pencher sur ce problème ont déclaré qu’on ne doit plus l’utiliser car toutes les recherches scientifiques montrent la souffrance qu’il inflige aux animaux.
[…] beaucoup d’appareils pour tuer les pigeons sont vieux, bricolés et rafistolés, alors la mort peut durer plus de 2 minutes et selon PETA : « Les gaz emprisonnés dans les sinus, les oreilles moyennes et les intestins des animaux se dilatent rapidement. Ce qui provoque un grand malaise avec une grande souffrance. Quelques animaux arrivent à survivre au premier passage dans la chambre de décompression et sont de nouveau décompressés à cause d’un dysfonctionnement de l’appareil, d’une erreur de l’opérateur ou parce que les animaux arrivent à survivre dans des poches d’air et ils sont repassés dans le dispositif douloureux une seconde fois ».

Les oiseaux possèdent des cavités remplies d’air, un peu comme les poissons avec leur vessie natatoire. Quand l’oiseau, placé en conteneur étanche, subit cette décompression hyper-rapide, les gaz emprisonnés dans les cavités se détendent en raison de la sous-pression extérieure…
Je vous laisse imaginer la souffrance des animaux encore conscients. Cette méthode est classée comme moyen mécanique dans les procédés d’abattage et non comme moyen d’asphyxie …. ».

Voir aussi :

https://credopigeons.wordpress.com/2012/11/04/rapport-michel-barnier-gazage-pigeons-juin-2008/

https://credopigeons.wordpress.com/2012/02/15/municipales_2008_strasbourg/

https://credopigeons.wordpress.com/2011/11/29/temoignage_capture/

https://credopigeons.wordpress.com/2011/11/28/lettre_ouverte_a_adjointe_de_quartier_esplanade

Publicités
Cet article, publié dans Non classé, Pigeons Strasbourg, Politique locale, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s