A propos des pigeons : des captures immondes…

« La lettre ci-dessous avait été proposée le 24.10.2013 aux DNA pour leur Courrier des Lecteurs. Son premier paragraphe, apparemment repris avec un extrait d’une autre proposition de lettre du même auteur, a été publié le 18.01.2014 ».

« Sans vouloir nier ou minimiser le moins du monde certains désagréments, certaines gênes voire d’authentiques dégâts causés par des animaux devenus progressivement et par la force des choses citadins, il me semble néanmoins que d’aucuns dommages soient volontairement exagérés : n’est-il pas exact de dire que « Quand on veut noyer son chien, on dit qu’il a la rage » ?

Pour les pigeons dont les campagnes de capture [et de destruction bien entendu] se succèdent, rien n’est plus vrai ! Accusés de moult griefs, les volatiles sont impitoyablement pourchassés [et donc exterminés, j’insiste là-dessus puisque certains naïfs s’imaginent qu’on se contente simplement de les déplacer…] et ceci dans des conditions immondes et malgré la légitime opposition des amis des bêtes qui jugent la méthode totalement inappropriée, d’un autre âge et, il faut bien le reconnaître, pour le moins cruelle !

En dépit du coût exorbitant de ces captures dont il serait d’ailleurs intéressant de connaître le montant exact et de le comparer à ce que couterait le nettoyage des monuments et de la voirie, éventuellement celui de la mise en place de structures tels que des « pigeonniers contraceptifs », les municipalités qui se succèdent (qu’elles soient de droite ou de gauche à croire que ni les uns ni les autres ne soient capables d’éprouver la moindre empathie pour la gent ailée) persistent à mener une réelle guerre aux pigeons urbains !

N’y a-t-il donc aucune réconciliation possible entre les humains -qui s’approprient sans vergogne l’intégralité de l’environnement- et les autres animaux ?

Pourquoi un tel acharnement indubitablement dénué de tout respect contre un oiseau pourtant emblématique et, au demeurant, fort sympathique ?

Quoique posées, les questions –sans doute trop peu porteuses d’un point de vue électoral- risquent de n’avoir pas de réponse de sitôt ! L’entêtement et la barbarie des décideurs sont manifestement beaucoup plus dévastateurs que ne sauraient jamais l’être des nuées entières de pigeons » !

Jean-Louis Schmitt. « Les Joubarbes » à Rauwiller.

P. S. :
Nous avons rajouté du gras dans le texte ci-dessus.

Photo. Les Joubarbes. Pigeons bisets (Columba livia). Copyright 2013 J.L. Schmitt.

Pigeons bisets (Columba livia).
© 2013 J.L.S.

Publicités
Cet article, publié dans Courriers, Non classé, Pigeons Strasbourg, Politique locale, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s