Massacre des animaux pour les fêtes de fin d’année

« Savent-ils que c’est Noël ? ».
Vidéo sur le sacrifice des animaux pour la fête de Noël :

http://www.stopgavage.com/savent-ils-que-c-est-noel?play#video


Vous trouverez également le texte émouvant d’une internaute sur le même sujet en suivant le lien ci-dessous :
http://archedenoelle.over-blog.com/article-magnifique-texte-sur-des-repas-pleins-de-cruaute-63609772.html

« Je viens de recevoir ce beau texte poignant qui décrit bien ce que nous qui ne mangeons pas les animaux pouvons ressentir en ces périodes de fêtes… Je vous le livre, il est magnifique !

Extrait :
« Nous tous les animaux avons le don magique de sentir que nous existons.
Les cailloux et les trains, les tubercules et les fruits ne savent rien de la douceur de l’air et de la caresse de l’eau, ni n’éprouvent l’émotion de se frotter les uns aux autres.
Mais pour nous, les animaux, la vie peut être belle.
Ce sera bientôt notre fête ?
Les guirlandes sont prêtes, et bientôt on goûtera plus fort qu’à l’habitude la joie d’être réunis.
Bientôt pleuvront les coups plus forts qu’à l’habitude. Et les « paix sur la terre » et les « voeux de bonheur » vogueront tranquillement sur une mer de sang plus large qu’à l’habitude.
Beaucoup des animaux iront au grand festin : les vivants autour de la table et les morts posés au milieu. Car le monde, dit-on, est fait de deux moitiés, l’une née pour régner et l’autre pour périr.

Joyeux Noël, pour qui ?
Il y aura des sapins, des gentils Pères-Noël, des crèches avec un boeuf et un petit enfant.
Le boeuf ne humera ni sapins ni paille.
Il aura le souffle rauque de la bête qui s’affale ; la vie s’échappera par sa gorge tranchée ; ensuite les Pères-Noël partageront sa dépouille avec les petits enfants.

Pour qui, la bonne année ?
Bientôt la Saint-Sylvestre, la nuit des bons vivants aux ventres de cimetière.
Porcelets qu’on ampute de la queue et des dents, veaux traînés à genoux vers le dernier voyage, vous tous les mutilés, les emprisonnés, les asphyxiés, les gavés, les électrocutés, les éventrés, à quoi bon vous débattre ?
Les bons vivants à la voix mélodieuse couvrent déjà vos cris.
Ils parlent de terroir et de nappes à carreaux, chantent les bonnes mains calleuses (qui tiennent les tenailles, les embucs, les filets), et le talent immense d’exciter les papilles en cuisinant des morts.
Ou tu parles comme eux ou tu es un peine-à-jouir.
Pour être de la famille, il faut organiser…la communion dans le sang !
Noël ou Nouvel an sans dinde, sans foie gras, sans saumon, sans homard, sans huîtres, sans gibier, sans mousse de canard, sans langouste, sans boudin blanc, sans caviar… il manquerait l’essentiel !
Avoir des invités et n’offrir point de viande, cela ne se fait pas.
Voyons ce sont nos hôtes, il faut leur faire honneur, leur prouver notre estime, se montrer accueillants !
Macabre communion au prix d’un sacrifice.
[…]
Plus jamais je ne serai du côté des bourreaux.
Le jour du grand festin, s’il n’y a que deux camps, je choisis l’autre côté.
Éventrez-moi vivante comme les autres esturgeonnes.

Explosez-moi le foie comme aux autres canards.
Arrachez mes testicules comme aux autres chapons.
Ecartelez-moi comme les autres grenouilles.
Ébouillantez-moi comme les autres homards.
Que vos dents souriantes mettent ma chair en lambeaux comme celle des autres dindes, veaux, chevreuils et saumons.
Faut-il vraiment choisir entre le pire et le pire ?
Rejoindre les suppliciés qui vont agoniser, abandonnés de tous, ou bien les assassins qui poussent vers l’abattoir, la face ricanante qui déjà se pourlèche?
Non, non, non, non !
Je dénonce !
Je dénonce le médiocre et lâche procédé de mépriser autrui pour mieux se rassurer sur sa propre importance.
Je dénonce la communauté bâtie sur l’exclusion.
On peut créer des liens autrement qu’en étant complices des mêmes crimes.
Oublions l’odieux mythe du monde à deux moitiés, la sinistre machine à fabriquer le malheur.
Je veux qu’existent en vrai les Pères-Noël gentils, et la paix sur la terre, et la fraternité.
Que puisse s’épanouir la chaleur animale et la joie d’exister des porcelets joueurs, des canards amoureux et des humains bavards.
Pour nous tous, les animaux, la vie peut être plus belle.
Que commence enfin la fête pour de vrai, la fête sans sacrifices ! »

(Merci à Kri44 qui m’a envoyé ce texte que j’ai plaisir à partager) ».


Nous vous recommandons, en guise de conclusion, la lecture édifiante de « Ces bêtes qu’on abat », journal d’un enquêteur dans les abattoirs français (1993-2008).
Jean-Luc DAUB. Édité par L’Harmattan, mai 2009, 253 pages.

Lire le compte-rendu du livre par Hicham Stephane Afeissa (4 pages).

Lire le sommaire du livre Ces bêtes qu’on abat

Publicités
Cet article, publié dans Courriers, Evénements, Non classé, est tagué , , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s