Un homme en colère…

Photo de renard mulotant. Copyright 2014 JLS

Renard mulotant
© 2014 JLS

Vivre en Harmonie

Juin 2014

POINT DE VUE

Un homme en colère…

par Jean-Louis Schmitt

La biodiversité, décidément, n’a pas fini de faire couler de l’encre ! Tantôt désirée, tantôt décriée, elle suscite invariablement bien des débats s’avérant au final parfois curieusement contradictoires… De fait, si les avis sont aussi partagés, c’est que selon les débatteurs, les intérêts diffèrent ! Concernant la nature, elle n’a évidemment aucun besoin de nous. L’homme, quant à lui, ne saurait vivre sans elle… En véritable souverain, il s’est progressivement approprié la moindre parcelle de terre et tout ce qui y vit et gère ce bien comme il l’entend. Tout cela sans le moindre égard pour les autres créatures jugées naturellement inférieures et, selon une logique pour le moins surprenante, inféodées à ses seuls besoins ou volontés.

Et la nature dans tout cela ?

Faire régner l’ordre semble être devenu une véritable obsession pour ce bipède prétentieux et despotique à bien des égards ! La nature et les bêtes qui peuplent nos campagnes n’échappent pas à cette gestion conquérante… et cela frise souvent l’absurde ! Ainsi, après qu’aient été créées quelques zones-refuges [parcs nationaux ou régionaux], d’aucuns voudraient voir ces dernières exemptes de toute existence autre que celles exclusivement souhaitées et dûment contrôlées : exit donc, ou tout au moins très malvenus tous les herbivores sauvages. Les bouquetins dans les Alpes, selon certains, devraient laisser la place aux seuls moutons exploités par et pour l’humain ! Les prédateurs naturels comme les loups et les vautours ne sont pas les bienvenus, cela coule de source !
Ailleurs, ce sont les lapins et les sangliers qui dérangent.

Sous prétexte qu’ils anéantissent les cultures, ils font l’objet de conséquentes tractations entre chasseurs et agriculteurs qui obtiennent ainsi de substantiels dédommagements !
D’autres méprisables et bas intérêts font que les renards (1) et bien d’autres prédateurs sont impitoyablement pourchassés et stupidement massacrés…
Bref, chaque jour qui passe donne au protecteur de la nature et à l’ami des bêtes mille et un motifs de colère et d’irritation !

Carpe diem…

Comme le préconisait Horace, il serait certes bien commode et nettement plus confortable de « cueillir le jour présent sans se soucier du lendemain »… Cet état d’esprit et cette forme de détachement, salutaires sans doute, ne sont cependant pas à ma portée ce que, bien souvent, je regrette. Mais on ne se refait pas et, de fait, jour après jour, je m’offusque des comportements de mes pairs sans, bien évidemment, pouvoir y changer grand-chose ! Mais, somme toute, si mes facultés d’indignation fonctionnent à plein régime, je suis intimement persuadé qu’il serait vaguement indécent de pratiquer à mon tour la politique de l’autruche et de faire comme si tout allait bien dans le meilleur des mondes : d’autres, nombreux, font cela très bien…
Aussi, plutôt que de les garder égoïstement, je partage volontiers avec vous quelques-unes de mes toutes récentes mais vaines exaspérations, certes locales, mais qui pourraient être multipliées à l’envi !

À propos de l’ordre !

Afin de « préserver l’équilibre naturel propre à un territoire » et puisque « la prolifération de gibier menace cet équilibre », le préfet du Bas-Rhin a ordonné plusieurs battues administratives destinées à limiter les populations de sangliers. Ainsi, 305 sangliers ont été « prélevés » en une douzaine de battues. « Sur un lot, a confié Stéphane Bouillon, préfet du département susnommé, en 90 minutes, 45 sangliers ont été tirés en 100 coups de feu ». C’est dire, a-t-il ajouté, « qu’il était nécessaire d’y mettre un peu d’ordre » (2) !
Voilà une curieuse conception de « l’ordre naturel » !
Alors que l’on sait pertinemment que les chasseurs procèdent à d’abondants nourrissages destinés à accroître le nombre de bêtes à tirer ! D’autre part, certains agriculteurs ne trouvent rien de plus malin que de planter du maïs jusqu’en bordure des forêts, ce qui équivaut très logiquement à attirer et à nourrir les sangliers artificiellement…
Enfin, les prédateurs naturels de ces animaux ont été invariablement massacrés et ne seront jamais plus bienvenus dans nos contrées. Je pense en particulier au loup ! Bref, m’est avis que « l’ordre naturel » a été largement perturbé depuis des lustres et, en dépit du bon sens, continue à l’être non moins méthodiquement !
L’ordre vu selon cet édile a donc de quoi laisser perplexe et pour le moins dubitatif : espérons que la même idée ne lui passe pas par la tête pour assurer l’ordre public lors d’une prochaine manif de prolétaires.

Les chasseurs en colère aussi…

Toujours au sujet des sangliers, si le préfet n’est pas content, les chasseurs ne le sont pas davantage !

Certes, pour des motifs différents. En effet, lorsque des dégâts sont constatés, les victimes — en l’occurrence les agriculteurs accros au maïs… — sont grassement indemnisées par les chasseurs ! Or, ces derniers estiment que tout cela finit par leur coûter un peu trop cher et les voilà qui ruent dans les brancards, fâchés qu’ils sont de devoir débourser autant pour assouvir leur loisir préféré !
Leur colère se fait régulièrement entendre et tout particulièrement lors de leurs assemblées générales auxquelles ils prennent habituellement soin de convier les parlementaires et autres élus quelque peu influents du coin ! C’est ainsi que, très souvent, on découvre dans les colonnes, qui leur sont toujours largement ouvertes dans la presse régionale, que les chasseurs ont beaucoup d’amis… et dévoués avec ça !

En conséquence, tel député s’engagera la main sur le cœur à plaider leur cause auprès des autorités afin de faire baisser les charges qui finiraient par étrangler ces malheureux pris à la gorge. De même, tel conseiller général s’offusquera publiquement que d’aucuns se permettent de critiquer les chasseurs et appellera de ses vœux ardents qu’ils soient désormais considérés « comme des écologistes et qu’on les remercie pour leur travail » (3)… Rien de moins !

Pour le coup, je me découvre au moins un point commun avec eux : moi aussi je suis en colère ! Sauf que, en ce qui me concerne, c’est parce que j’estime qu’aucune vie ne devrait pouvoir s’acheter ! Nuance…

Qu’il s’agisse d’atteintes contre les hommes, les faibles, les bêtes, qu’elles soient domestiquées ou non, contre l’environnement, contre la vie tout simplement… les sujets d’irritation ne manquent décidément pas !
J’ignore s’il existe des « colères justes » ;  en revanche, je pense qu’il est salutaire que des individus s’indignent, se rebiffent, s’élèvent et se battent contre ce qui leur apparaît comme indu : s’il reste une once de dignité aux hommes de bonne volonté, celle-ci leur commandera toujours d’agir dans ce sens et non de bêtement laisser faire !

Ma recette…

La vue d’un lever de soleil, moment magique et ô combien fugace, celle d’un renard mulotant ou d’un chevreuil broutant paisiblement dans l’aube dorée, le chant d’un rouge-gorge, d’un rossignol toujours ou presque totalement invisible à nos yeux, celui d’une grive musicienne le matin dans les bois… voilà qui, personnellement, m’aide à ne pas désespérer totalement de mes semblables et m’insuffle l’énergie nécessaire à la poursuite de la lutte !

  1. Voir à ce propos Vivre en Harmonie « Toujours la rage de tuer » (Mai 2014)
  2. Propos relayés par les Dernières Nouvelles d’Alsace du 29 avril 2014.
  3. Sic Jean Mathia, conseiller général, propos émis lors de l’assemblée générale du groupement cynégétique d’Alsace Bossue, rapportés par les D.N.A. du 24 avril 2014.
Publicités
Cet article, publié dans Courriers, Non classé, Vivre en Harmonie, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s