Hommage aux pigeons empoisonnés, boucs émissaires de l’homme et ex-héros du courrier aérien

Madame, Messieurs,

Je suis infiniment triste de voir le traitement infligé aux pigeons de votre commune : battues et empoisonnements.

Les pigeons ne sont pas dangereux, ils sont même utiles, l’ont été et le sont encore.
Ils sont des oiseaux merveilleux et méconnus.

Le pigeon est un être vivant comme les autres, fragile et sensible, bousculé par les tourments de la vie, frappé par le sort de façon soudaine et injuste.
Tant de pigeons sont fauchés dans la fleur de l’âge par les roues d’une citadine.
Puis vient la mort la plus lente et la plus horrible, c’est celle de soif et de faim.

Une ville sans pigeons n’est plus une ville. Sous le ciel qui reste toujours aussi créatif et poétique, je vois des pigeons sous toutes leurs formes et leurs couleurs.
Malgré leur aspect banal, les pigeons, dans leurs mouvements nous offrent une beauté fugitive aux graphismes saisissants. En ville, ces grisonnants volatiles font partie du décor. Et ils sont presque les seuls animaux à côtoyer l’homme de si près. Si le pigeon s’invite un peu trop dans nos villes aujourd’hui, c’est parce que nous l’y avons amené.
A l’origine importé, exploité et abandonné par l’homme, cet oiseau domestique a fini par s’y installer.

Considéré comme sale, porteur de maladies et de surcroît, très bête, plusieurs études prouvent pourtant que le pigeon est en réalité très intelligent :
http://dailygeekshow.com/pigeons-oiseaux-intelligents/

D’après le travail d’un sociologue, notre regard sur l’oiseau a changé dans la première partie du XXe siècle. Une injustice qu’il est peut-être temps de réparer :
http://www.slate.fr/story/128825/origine-haine-pigeons

Les pigeons ont joué un rôle d’importance cardinale dans les sièges de grandes villes. Chaque pigeon pouvait transporter 3.000 dépêches sur une pellicule de 3,5 mm.
Nos  facteurs aériens transportèrent ainsi 115.000 dépêches officielles et plus de 1.000.000 privées. Les 25 premiers pigeons furent emportés par la montgolfière baptisée le Washington.
Ils accomplirent fidèlement leurs missions et on les chargea même de la correspondance privée.

Leur action avait pris une telle ampleur que Gambetta avait édicté la peine de mort contre quiconque serait surpris tirant sur l’un d’eux !
Une décision jamais abrogée depuis mais inopérante, la peine de mort ayant été, elle, fort heureusement abrogée.
On parlait même de construire une volière d’honneur aux héros du courrier aérien, mais les hommes oublièrent illico leurs promesses.

Reportage illustrant l’utilisation de la pilule contraceptive pour lutter contre la prolifération des pigeons :  http://www.ina.fr/video/I08191962

Le pigeon, bouc émissaire de l’homme :
https://www.vegactu.com/actualite/le-pigeon-bouc-emissaire-de-lhomme-19209/

Les nuisances liées aux fientes :
Page 17 :
« Il convient cependant de préciser que plusieurs responsables d’administration rencontrés nous ont rappelé que la principale cause de dégradation de la pierre reste la pollution » :  http://theses.vet-alfort.fr/telecharger.php?id=738

Barcelone choisit la contraception pour ses pigeons.
Pour lutter contre le nombre grandissant de pigeons dans ses rues, Barcelone a installé des distributeurs de graines contraceptives :
[ https://desinsectador.com/2016/04/23/ornisteril-y-ovistop/ ]

Les distributions de graines ont lieu en certains points précis, notamment dans les parcs et promenades : cela permet de les concentrer aux endroits où leur présence est souhaitée, tout en les éloignant d’autres où ils sont indésirables. D’où une diminution rapide et importante des salissures et des dégâts.
La diminution de la population de pigeons par stérilisation devient effective au bout de deux ans environ, le temps que disparaissent normalement les oiseaux âgés et malades (un pigeon vit en moyenne une dizaine d’années). Cette population diminue ensuite régulièrement d’environ 15% par an, jusqu’à ce que l’on ait atteint le nombre désiré. En six ans, elle ne représentera plus qu’environ le tiers des effectifs initiaux :
http://monique.vincent.pagesperso-orange.fr/clinique-veterinaire-paris14/sterilisation_oiseaux.htm

Les battues et les empoissonnements  constituent des actes de cruauté envers des animaux domestiques, article 521-1 du code pénal, a minima des actes de maltraitance, article R654-1 du même code.

« Comme les cigognes des villes du Nord, comme les pigeons de Venise, ils méritaient pourtant de devenir, eux aussi des oiseaux sacrés ». Les villes devraient « recueillir leurs couvées, les abriter, les nourrir sous ses toits. Leur race serait la tradition poétique de ce grand siège, unique dans l’histoire » dixit M. de Saint Victor, un journaliste de l’époque qui en avait lancé l’idée à laquelle, je m’associe !

Je vous prie d’agréer, Madame, Messieurs, l’expression de ma considération la plus distinguée.

Julita Boucher
membre d’associations de protection animale

Liens :

Pigeons de Villemur-Sur-Tarn, le 18 04 2017 :
https://www.facebook.com/1427330850930836/videos/1760279920969259/

Un photographe rend hommage aux pigeons :
http://www.ufunk.net/photos/homing-pigeons/

Publicités
Cet article, publié dans Courriers, Non classé, SOS Pigeons, est tagué , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s