Ces pigeons cordialement méprisés

Dire des pigeons urbains qu’ils sont honnis par le plus grand nombre est un doux euphémisme : les bisets ne sont en effet pas seulement détestés mais pourchassés, maltraités, voire même périodiquement exterminés ! Malgré cela, ils sont toujours là, toujours aussi nombreux semble-t-il, au grand dam de leurs détracteurs tout aussi abondants…

Si les pigeons jouissent d’une bien mauvaise réputation –d’aucuns les nomment même « les rats volants », c’est dire…- c’est que ces oiseaux, contrairement à l’avifaune en général qui est en déclin, s’adaptent merveilleusement à leur environnement et font preuve d’une ingéniosité remarquable pour échapper aux multiples périls que lui tend un autre bipède en l’occurrence plutôt mal intentionné !
L’homme, en effet, ne cesse de mettre au point des méthodes pour le moins barbares pour endiguer la prolifération des pigeons qui, selon certains, constitueraient une menace pour la population ! Les déjections, que laissent inévitablement ces oiseaux derrière eux sont salissantes, seraient une cause de dégradation accélérée des monuments et représenteraient par ailleurs un risque de transmission de maladies…
Mais, on y reviendra ! En attendant voyons les « méthodes de lutte »…

Haro sur les pigeons
Si le pigeon est malaimé, il faut reconnaître qu’il génère aussi des devises : des sociétés se sont en effet spécialisées dans l’éradication du volatile en question et mettent leurs « compétences » à la disposition des municipalités qui font appel à elles…
Ces services ne sont évidemment pas gratuits et on peut même dire que c’est un business qui se développe –puisque il y a de la demande- et qui rapporte gros !
Les sociétés mandatées ont recours à diverses techniques :

  • Captures au filet : les oiseaux sont appâtés plusieurs jours durant puis capturés au moyen d’un canon lance-filet,
  • Captures avec des cages spécialement adaptées où est disposé du maïs pour attirer les pigeons. Les cages n’étant pas relevées quotidiennement, beaucoup de pigeons sont mourants ou déjà morts de faim et de soif lorsqu’intervient enfin un technicien.
    Dans ces deux cas, les oiseaux (rescapés) sont placés dans des caissons pour être tués en retirant l’air au moyen d’une pompe aspirante, ou gazés… A noter que la première méthode provoque un écrasement « sous vide » : les organes des victimes finissant par éclater !
  • Stérilisation… pratiquée naturellement sans assistance vétérinaire et sans anesthésie préalable !
    Certaines communes (telle Albi par exemple) organisent des battues : des chasseurs mandatés, généralement ravis de l’aubaine, peuvent alors pratiquer le tir sur cible vivante qui plus est, en toute légalité !
  • Enfin, à noter que, pour ne pas rester sur des méthodes aussi cruelles et décriées à juste titre, quelques municipalités, à l’instar de Paris, ont opté pour des procédés nettement moins radicaux : il y a celles qui font pratiquer des distributions de graines contraceptives et celles qui ont opté pour des pigeonniers urbains (Paris en compte une douzaine). […]

Les pigeons et les monuments
Un des reproches généralement fait aux pigeons est la dégradation des monuments historiques et, de manière générale, les salissures générées par leurs fientes ! Là encore, afin d’y remédier, des méthodes douces mais aussi les plus barbares ont été utilisées : des filets pour empêcher l’accès des oiseaux à certains monuments, des pics anti-pigeons –qui peuvent occasionner de graves blessures aux imprudents-, des fils dans lesquels circulent un courant électrique afin de dissuader les volatiles de se poser, etc.
Si les pigeons ont aussi mauvaise presse en raison de leurs déjections, que dire de ces autres nuisances tout aussi visibles dans nos cités urbaines : les crachats, les mégots, les chewing-gums, les déchets de tout genre abandonnés par les humains, ceux laissés par les chiens et non ramassés par leurs maîtres ? D’aucuns trouvent les pigeons « bruyants » !
Il faudra pourtant beaucoup d’efforts à ces derniers pour égaler les nuisances sonores dues à la circulation routière et à la vie citadine en général !

Fientes de pigeons et risques de maladies
Pour ce qui est des risques sanitaires, il convient de rétablir quelque peu la vérité !
Leurs détracteurs avancent systématiquement le fait que les déjections des pigeons contiennent des bactéries et des champignons microscopiques ! […]
Comme le précise Antonio Fischetti  «  pour être contaminé, il faudrait avoir un pigeonnier dans son salon, ce qui n’est tout de même pas fréquent… » et d’ajouter non sans humour « Non seulement les pigeons ne sont pas dangereux pour la santé humaine mais, en plus, ils sont utiles. Déjà parce qu’ils font office d’éboueurs en nettoyant les détritus comestibles des trottoirs. S’ils compliquent la tâche des nettoyeurs de statues, ils facilitent celles des balayeurs. Plus surprenant, les pigeons réduisent aussi la pollution. En effet, dans leurs plumes, ils stockent des métaux lourds (plomb, zinc ou cadmium) qui sont très toxiques et présents dans l’environnement. Tout ce qu’ils emmagasinent, c’est toujours ce que nous n’ingérons pas. Les travaux de Julien Gasparini ont montré que, si l’on supprimait tous les pigeons, les pollutions au plomb et au cadmium dans l’air de Paris augmenteraient respectivement de 6% et de 21 % ! ».

Voilà qui bat quelque peu en brèche de nombreuses idées reçues que d’aucuns véhiculent sciemment afin de justifier les diverses maltraitance infligées aux pigeons citadins ! Plutôt que de tenter toujours et encore d’éradiquer ces animaux, encourageons nos municipalités à mettre en place davantage de pigeonniers et de préférer la contraception : les pigeons font partie intégrante de nos villes, bénéficient –en théorie- du statut juridique d’animal domestique (1) et ne sont, contrairement à ce que prétendent ceux qui mandatent des sociétés pour les capturer et les exterminer, nullement classés dans la catégorie des oiseaux « nuisibles » !

JLS

  1. Arrêté du 11 août 2006, émanant du Ministère de l’Écologie et du Développement durable : le pigeon biset est protégé par le Code pénal contre toutes formes d’actes de maltraitance ou de cruauté… On en est loin :

Article publié dans le n° de septembre 2018 de la revue Vivre en Harmonie .
Il a été publié également ici par son auteur, Jean-Louis Schmitt :
http://natureiciailleurs.over-blog.com/2018/09/ces-pigeons-cordialement-meprises.html
Il est suivi de commentaires, dont des commentaires postés par notre Collectif.

Publicités
Publié dans Non classé, SOS Pigeons, Vivre en Harmonie | Tagué , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

15ème Salon des Associations les 22 et 23 septembre 2018 à Strasbourg

Affiche de la rentrée des associations 2018

http://www.mdas.org/index.php?g=rentree_associations

La Rentrée des Associations, à laquelle nous avons encore le plaisir de participer cette année, aura lieu les 22 et 23 septembre 2018 dans le Parc de la Citadelle, situé à l’Esplanade à Strasbourg.

Entrée libre le samedi de 12h à 19h et le dimanche de 11h à 18h.

300 associations seront présentes et toutes sortes d’animations gratuites vous seront proposées, comme d’habitude.

Venez nous rencontrer à notre stand dans le village E, Cadre de Vie et Loisirs.

Exemples d’animations prévues : concerts, chants, danses, musique, démonstrations sportives, jeux, animations pour enfants etc. et bien sûr de quoi vous restaurer !

Merci, venez nombreux et à bientôt !

Publié dans Evénements, Non classé | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Articles du Collectif Pour le Respect de l’Animal (COPRA) de juillet 2018

http://copranimal.free.fr/

AGENDA
Double manifestation contre la corrida à Mimizan (40, Landes) le 18 août 2018
(et vidéo « Église et corrida – Mimizan » montrant des extraits de la manifestation de l’an dernier) :
http://copranimal.free.fr/manifestation-anticorrida-mimizan-18-08-2018.html

On n’instaure pas la barbarie, on l’abolit !
Source / suite : actualités du PACTE (Parti Antispéciste Citoyen pour la Transparence et l’Éthique)
https://www.parti-antispeciste.fr/actualite/lire/actions-anticorrida/1_0_43.html
Via l’annonce relayée sur le site de la Convention Vie et Nature :
http://www.ecologie-radicale.org/engagements/la-corrida/1629-stop-au-lobby-tauromachique

INFO & ACTIONS
Quand la viande et le lait polluent plus que le pétrole…
Mobilisons-nous contre le piégeage cruel de centaines de milliers d’oiseaux en France
Que se passe-t-il sur les bateaux exportant des animaux vivants ?
(avec la vidéo diffusée par Animals Australia + traduction de son texte par le COPRA)

La lutte anti-corrida continue durant l’été !
LINC n°18 – Lettre d’information, No Corrida – 1er juillet 2018
ALERTE ! Torture illégale de veaux, taurillons à Tarascon (Bouches-du-Rhone) le samedi 7 juillet 2018 à 17h –
Mobilisons nous pour leur interdiction !!!

Autres pétitions contre la tenue des corridas à signer sur le site MesOpinions.com

PÉTITIONS SUR LE SITE DE PETA FRANCE
Demandez au Premier ministre espagnol de mettre fin aux sanglants massacres de taureaux
Demandez aux maires français l’interdiction des corridas

Sommaire des autres mises à jour du mois de juillet 2018 :
http://credopigeons.fr/2018/07/11/

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , | Laisser un commentaire

SOS pour les oiseaux en détresse, souffrants, tombés des nids et/ou assoiffés en été

Venir en secours aux oiseaux assoiffés durant la canicule :
http://credopigeons.fr/2017/07/06/venir-en-secours-aux-oiseaux-assoiffes-durant-canicule/

Photo de pigeons assoiffés buvant dans une flaque d'eau, durant la canicule. Copyright Colombine.

Pigeons assoiffés buvant dans une flaque d’eau, durant la canicule.
© 2017 Colombine.

Ne ramassons pas systématiquement les oisillons sauvages tombés des nids :
http://www.arpn.fr/_include/img/work/full/lpo_ne_ramassez_pas_les_oisillons_tombes_du_nid.pdf
Bien sûr, à condition qu’ils tiennent sur leurs pattes.
En revanche un bébé ou un jeune pigeon biset des villes ne doit pas être laissé au sol car il y est en danger et n’y survivra pas longtemps.
Ne pas non plus laisser au sol un bébé ou un jeune pigeon ramier tombé d’un arbre, surtout s’il ne tient pas sur ses pattes et/ou ne peut pas être remis dans son nid, sur l’arbre, d’où il retombera peut-être une seconde fois, ou s’il ne peut pas être posé en sécurité sur une branche de l’arbre, à condition qu’il tienne sur ses pattes et soit âgé d’au moins trois semaines.
Rester avec lui et l’observer, et le reprendre s’il retombe.

Centres de sauvegarde de la LPO :
https://www.lpo.fr/oiseaux-en-detresse/centres-de-sauvegarde

Carte des bénévoles LPO pour le transport des oiseaux blessés :
https://goo.gl/maps/VFy7d94Esuy

Lire aussi sur notre blog : SOS j’ai trouvé un oisillon ! :
http://credopigeons.fr/2018/07/10/sos-j-ai-trouve-un-oisillon/


CONSEILS D’URGENCE POUR INSTALLER, NOURRIR ET SOIGNER UN PIGEONNEAU TOMBÉ DU NID OU UN PIGEON ADULTE SOUFFRANT :

http://credopigeons.fr/2012/06/25/nourrir-bebe-pigeon-tombe-nid/

COMMENT SAUVER DES PIGEONS ET DES CORVIDÉS EN DÉTRESSE :
CONSEILS DE SOINS D’URGENCE.
MERCI DE NOUS SIGNALER DES CAS DE MALTRAITANCES

(pigeons enfermés, battues aux pigeons et pigeons empoisonnés) :

http://credopigeons.fr/2015/03/30/sos-pigeons-et-corvides-en-detresse/


Et aussi :

Les pigeons sont très intelligents (preuves, dans une vidéo) :
http://credopigeons.fr/2018/05/31/les-pigeons-sont-tres-intelligents-preuves/

Évolution du discours sur les pigeons de 1930 à 1990 :
http://credopigeons.fr/2018/03/30/evolution-du-discours-sur-pigeons-de-1930-a-1990/

Pages Solutions et Militer de notre blog :
http://credopigeons.fr/2018/04/02/pages-solutions-et-militer-du-blog-www-credopigeons-fr/

Poule mélomane qui joue du piano (vidéo) :
http://credopigeons.fr/2018/05/05/poule-melomane-qui-joue-du-piano/

Blog et page Facebook de l’ARPN, association partenaire :
http://www.arpn.fr/
https://www.facebook.com/Association-Roannaise-de-Protection-de-la-Nature-ARPN-431780170317851/

Publié dans Conseils, Non classé, SOS Pigeons | Tagué , , , , , | Laisser un commentaire

Accaparation de la faune sauvage : sauver n’est pas garder

Merci de lire un extrait d’un texte très important publié par Helagaldia (Centre de la faune sauvage dans les Pyrénées Atlantiques, 64) : https://www.hegalaldia.org/

ACCAPARATION DE LA FAUNE SAUVAGE
« Vous êtes nombreux à vous indigner lorsqu’une personne vient à être cruelle envers un animal. Vous êtes nombreux à vous en prendre à un chasseur qui va tuer un animal.
Vous êtes nombreux à prendre parti pour la protection de la nature.
Vous êtes nombreux à aimer les animaux.
Vous êtes trop nombreux à vouloir les garder, les oisillons, les bébés hérissons, les chouettes etc. que vous avez trouvés dans la nature.
Vous les avez récupérés, soignés, vous vous y êtes attachés et vous les avez emprisonnés, dans des cages pour les oiseaux ou dans des enclos pour les hérissons. Par accaparation et non par amour des animaux, vous les avez privés de liberté, de leur vie, de leurs amours et de toutes ses autres petites choses qui font la vie.
Vous les regardez tous les matins, en vous disant : « Je t’ai sauvé », comme pour vous racheter une bonne conscience. Et eux, oui, ils vivent. Mais quelle vie ?
Des petites cages posées dans un coin du salon, pour ces oiseaux qui ont besoin de voler, de chanter, de se reproduire, de vivre. Ils ne verront plus jamais le soleil, ils ne sentiront plus le vent dans leurs plumes, ils n’auront plus la liberté de trouver un partenaire et d’élever des petits.
Des hérissons élevés dans des salles de bains, qui ne verront plus jamais une haie, de fruits et de vers de terre, ni le plaisir de fouler la nuit l’herbe fraîche des prairies.
Ils ne connaîtront que le carrelage froid, l’humidité, la prison.
Ou pour les plus chanceux, ils auront une permission de sortie dans le jardin mais devront rentrer quand vous l’aurez décidé !
Et la seule réponse que vous nous donnez c’est : « J’aurais dû le laisser mourir quand je l’ai trouvé ? ». Bien sûr que non, vous pouviez contacter un centre de soins pour les prendre en charge afin qu’ils retrouvent la nature, leur demeure.« Je m’y suis attaché donc, je le garde. »
Combien de chardonnerets, de pinsons, de linottes, de mésanges, de moineaux, de bouvreuils, de chouettes, de genettes, de fouines… passeront leurs vies en prison ? Juste parce qu’ils ont été « sauvés ».
Je suis triste pour ces animaux qui passeront leur vie dans des cages, dans des enclos trop petits. Une vie d’ennui et de tristesse. […] ». Fin de citation.


Extrait de  : http://credopigeons.fr/2015/03/30/sos-pigeons-et-corvides-en-detresse/

Un pigeon ramier (ou palombe) et un corvidé (corbeau, corneille, pie, geai etc.) sont des oiseaux sauvages, contrairement aux pigeons bisets des villes, domestiques, et ils ne doivent pas être adoptés ni apprivoisés par l’homme.
Un pigeon ramier peut toutefois être relâché dans un parc avec point d’eau où nichent d’autres pigeons ramiers
(et non bisets des villes) qui l’adopteront rapidement. Lorsque le col blanc aura fait son apparition autour de son cou.
http://blogdespigeons.canalblog.com/archives/2013/06/11/2737019.html
https://credopigeons.wordpress.com/2012/05/23/documentaire_pigeon_ramier/
Les corvidés et autres oiseaux sauvages ont aussi la liberté dans le sang et auront du mal à se réadapter dans la nature, contrairement à des pigeons bisets qu’on pourra relâcher après les avoir élevés et/ou soignés, en suivant un protocole bien précis (voir plus loin dans notre article en lien ci-dessus).
Ils ont également le droit de vivre en liberté auprès d’autres pigeons bisets.

Si les ramiers ou corvidés sont en détresse (blessés, malades ou tombés du nid), les confier si possible à un centre de soins qui les soignera et les réadaptera mieux que vous.
Les particuliers causent souvent des dégâts irréversibles (plumes qui tombent, se cassent, retard de croissance, problèmes respiratoires et neurologiques) en ne leur offrant pas de soins ni de nourriture adaptés et les noient même en les faisant boire à la pipette ou à la seringue. Il y à l’entrée du bec un trou communiquant avec la trachée et les poumons.
Pour les faire boire, leur tirer le cou vers le haut et s’ils toussent et s’étouffent, leur pincer doucement la peau du cou et leur faire déployer les ailes pour débloquer la fausse route. Commencer par essayer de les faire boire tout seuls en trempant pendant quelques secondes quelques millimètres de l’extrémité de leur bec dans un petit récipient d’eau,.
Ou déposer quelques gouttes d’eau sur l’extrémité de leur bec après les avoir trouvés, sans les noyer. Les narines sont situées au milieu du bec.
Puis les placer sur une bouillotte ou sur deux bouteilles en plastique remplies d’eau très chaude (39°) et emballées dans un linge pour éviter que leur température ne baisse s’ils sont en état de choc, même en été.
Si vous les emmenez pour les déposer dans un centre de soins, les placer également sur une bouillotte fabriquée avec des bouteilles en plastique que vous laisserez dans le carton.

Photo d'un jeune pigeon biset, à droite, en retard de croissance par rapport à celui de la même nichée que lui. Copyright 2017 D. Bivaud

Jeune pigeon biset, à droite, en retard de croissance par rapport à celui de la même nichée que lui.© 2017 D. Bivaud

Il ne faut pas non plus priver de liberté un pigeon biset sain et non handicapé qu’on a élevé à la main. On peut éventuellement le garder et le laisser entrer et sortir à partir de l’âge de deux mois et demis par le balcon ou une fenêtre (par exemple si vous avez un jardin).
Il finira peut-être par vous quitter pour suivre un(e) partenaire ou il l’emmènera chez vous. Si jamais ils couvent des œufs, vous pouvez les remplacer par des œufs factices en plastique ou même des balles de ping-pong.
Les parents les couveront pendant trois semaines, puis ils les abandonneront.

Ne pas l’enfermer à vie dans une cage, une volière, un refuge ou autre centre qui risque d’être surpeuplé, la plupart étant hélas surpeuplés.
Vous devez pouvoir prendre des nouvelles de vos protégés et même leur rendre visite s’ils sont définitivement adoptés et/ou si vous les parrainez, raison pour laquelle le refuge ou centre ne doit pas être trop éloigné de votre domicile.
Les photos ou vidéos idylliques ne prouvent rien car on peut très bien se contenter de ne vous montrer que la vitrine destinée au public (par exemple les premières volières situées à l’entrée du centre).
Lire la suite

Publié dans Evénements, Non classé, SOS Pigeons | Tagué , , , , | Laisser un commentaire

Articles du Collectif Pour le Respect de l’Animal (COPRA) de juin 2018

Voici les titres des mises à jour publiées en juin 2018 :

GLACES VEGAN
Sans machine, cookie dough, chocolat, fraise
Tiramisu vegan / speculoos – nocciolata  (sur la chaîne YouTube de Lloyd Lang)
Les alternatives en supermarché (certaines sont même bio !)

ACTIONS
Pétitions sur le site MesOpinions.com
URGENCE ! FAIRE INTERDIRE LES NOVILLADAS ILLÉGALES du dimanche 8 juillet 2018 à TARASCON (Bouches du Rhône) :
L’association LES GAMELLES DU CŒUR dans l’arène judiciaire des corridas
Demandons à AIR FRANCE de privilégier le transport des singes secourus par les ONG et de cesser celui des singes destinés aux laboratoires d’expérimentation animale !
Non aux élevages de porcs bio industriels
Cruauté envers animaux : 15 000 Poules Pondeuses à Lascaux (23), c’est non !
Autres pétitions dans la catégorie Animaux

RÉCIT D’UNE RECONVERSION PROFESSIONNELLE
Catherine, une éleveuse devenue végane

ACTIONS
Nouvelle enquête de L214 dans un élevage de poulets Maître Coq – manifeste à signer
Ne laissons pas la nature et notre santé se faire plomber par la chasse
(Pétition pour l’interdiction des grenailles de plomb en France sur www.petition-plomb-nature.fr)
Pétition nationale pour la sauvegarde des abeilles menacées par les pesticides

LE MANIFESTE « Oasis Réunion »
Faisons de l’île le 1er département « 0 phyto – 100% bio » de France !

Publié dans Non classé | Tagué , , , , , , , , , , , , | Laisser un commentaire

SOS j’ai trouvé un oisillon !

Merci de lire :

Oisillon trouvé :
http://www.ladel.fr/oisillon-trouve/

Ne ramassons pas systématiquement les oisillons sauvages tombés des nids :
http://www.arpn.fr/_include/img/work/full/lpo_ne_ramassez_pas_les_oisillons_tombes_du_nid.pdf
Bien sûr, à condition qu’ils tiennent sur leurs pattes.
En revanche un bébé ou un jeune pigeon biset des villes ne doit pas être laissé au sol car il y est en danger et n’y survivra pas longtemps.
Ne pas non plus laisser au sol un bébé ou un jeune pigeon ramier tombé d’un arbre, surtout s’il ne tient pas sur ses pattes et/ou ne peut pas être remis dans son nid, sur l’arbre, d’où il retombera peut-être une seconde fois, ou s’il ne peut pas être posé en sécurité sur une branche de l’arbre, à condition qu’il tienne sur ses pattes et soit âgé d’au moins trois semaines.
Rester avec lui et l’observer, et le reprendre s’il retombe.
Lire la suite sur :
http://credopigeons.fr/2018/08/07/sos-pour-les-oiseaux-en-detresse-souffrants-tombes-des-nids-et-ou-assoiffes-en-ete/

Discours émouvant de Jacques Gamblin sur la Nature :
http://www.goodplanet.info/actufondation/2016/05/05/discours-emouvant-de-jacques-gamblin-nature/#sthash.ltnE77mc.dpuf

De la prison pour les trafiquants de chardonnerets :
https://www.lpo.fr/actualites/de-la-prison-pour-les-trafiquants-de-chardonnerets

Cause de la disparition des hirondelles (froid et insecticides agricoles) :
http://www.dhnet.be/actu/belgique/exclusif-a-cause-du-froid-les-hirondelles-meurent-de-faim-5722441535702a22d6d8b605

http://www.rts.ch/info/sciences-tech/5993525-le-declin-des-hirondelles-directement-lie-aux-insecticides-agricoles.html


Conseils complémentaires :

Les martinets (et hirondelles) ne se relâchent pas en hauteur.
Il faut les lâcher sur un terrain vaste et plat, les poser sur la paume de sa main qu’on tient élevée au-dessus de la tête.
Si l’oiseau décolle bien et prend de la hauteur, c’est bon, sinon on le récupère au sol.
Les gens à qui on dit de les lâcher de haut peuvent commettre l’erreur de les lancer, mais si l’oiseau n’est pas prêt, il s’écrasera au sol, loin, irrécupérable.
Un bébé martinet ne doit pas être relâché s’il pèse moins de 40 grammes (trop léger) et  plus de 50 grammes (trop lourd). C’est très important.

Publié dans Conseils, Non classé, SOS Pigeons | Tagué , , , | Laisser un commentaire